Audi-A3-e-tron-©DR.jpg

Essai de l'Audi A3 e-Tron : Hybride, compact et premium.

L’hybride rechargeable essence-électrique, c’est la nouvelle tendance pour rouler plus vert. On parcourt plusieurs dizaines de kilomètres sans polluer grâce aux batteries tout en bénéficiant d’une autonomie globale proche des 1 000 km. Une solution d’avenir. Démonstration par Audi. Par Lionel Favrot

L’Audi A3 occupe une place à part dans sa catégorie car elle offre le luxe et la qualité allemande avec de véritables qualités de routière tout en restant encore facile à garer en ville. Elle est désormais disponible dans une version hybride rechargeable : l’e-tron. Hybride car elle associe un moteur essence à un moteur électrique. Et rechargeable car on peut la brancher pour partir du départ en tout électrique. Cette double propulsion la distingue des voitures 100 % électrique qui disposent, selon les modèles et les saisons, d’un rayon d’action de 130 à 200 km après une charge complète. L’A3 e-tron a en effet un moteur essence classique toujours prêt à prendre le relais quand les batteries sont vides. Cette Audi se distingue aussi des hybrides non rechargeables qui ne roulent que 3 à 5 km en tout électrique avant de revenir en essence pour se recharger à l’occasion des descentes, des décélérations et des freinages. Autre avantage de l’A3 e-tron : elle accélère en électrique jusqu’à 130 km/h alors que la majorité des hybrides repasse en essence dès 50 km/h. Pour une charge complète, Audi annonce 3 h 45 sur une prise domestique et 2 h 15 sur une prise industrielle de plus forte puissance (*). Pour terminer ce point technique, il faut préciser que cette A3 bénéficie d’un excellent moteur essence le fameux 1,4 l FSI de 150ch. Réputé pour ses performances, ce 4 cylindres 16 soupapes reste raisonnable côté consommations. Le moteur électrique lui-même offre 102ch, ce qui, en puissance combinée, permet à cette e-tron d’atteindre les 204ch. Elle se place donc au-dessus de nombreux turbo-diesel, voire de certaines GTI.

Accélérations franches et silencieuses

On ne présente plus la ligne de l’A3, régulièrement revisitée et affinée par son constructeur. Au volant, on retrouve les commandes habituelles, notamment les palettes pour passer les vitesses manuellement si on le souhaite puisqu’il s’agit d’une boîte automatique séquentielle. Elle aussi s’avère de très grande qualité, avec une rapidité exemplaire. La particularité de l’e-tron, c’est son bouton “EV” (electric vehicle) pour décider de rouler en tout électrique. On peut aussi choisir de par autoroute en privilégiant le mode essence afin de disposer au maximum de la propulsion électrique une fois revenu en milieu urbain. Malgré ses 204 ch, beaucoup d’essayeurs hésitent à la qualifier de sportive. Mais quand on en prend le volant, on comprend vite que cette Audi A3 e-tron fait partie des voitures les plus dynamiques du marché. Les accélérations sont franches et silencieuses. La fiche technique le confirme. L’e-tron passe de 0 à 60 km/h en 4,9 secondes en électrique et elle a atteint le 100 km/h en 7,6 secondes. Est-ce que le poids des batteries change son comportement ? Pas de manière très significative. Elle pèse 280 kg de plus qu’une A3FSI de 180ch qui ne la devance que de 0,3 seconde sur le 0 à 100 km/h. Bref, l’e-tron convient à tous ceux qui adoptent une conduite active sans se prendre en permanence pour Sébastien Loeb. De plus, apprendre à rouler au maximum en tout électrique sans se traîner, c’est un challenge qui limite autant la pollution que les dépenses de carburant. L’autre critique entendue sur cette A3, c’est qu’il serait difficile de se rapprocher des 1,5 l à 1,7 l/100 km annoncés. Mais il est tout aussi évident que seul ce type d’hybride peut s’en approcher.

51 km sans polluer

Pour cet essai, Mag2Lyon a choisi un itinéraire typique du trajet que peut effectuer un péri-urbain travaillant à Lyon mais habitant l’extérieur. Parti de la concession Audi Central Autos du 8e arrondissement, on a rejoint Saint- Pierre-de-Chandieu avant de revenir par Mions puis l’A46. On a tour à tour choisi de rouler tout électrique, laissé l’A3 sélectionner elle-même le mode le plus adapté et enfin tester le mode Sport en automatique et en manuel. Bilan selon les statistiques affichées sur son écran : 68 km dont 76 % en zéro émission et 24 % en consommant de l’essence. Ce qui fait du 51 km sans polluer. Le plus intéressant, c’est qu’il restait encore entre un quart et un tiers de charge sur la batterie. En théorie, l’A3 n’offre pour autant que 50 km d’autonomie. Miracle ou erreur de l’ordinateur de bord ? Non, ce qu’il faut intégrer, c’est que l’A3 se recharge aussi en roulant et qu’elle reconstitue ainsi son autonomie régulièrement. À condition d’avoir un itinéraire au relief varié. Si on ne fait que de l’autoroute en plaine, elle en aura moins l’occasion. De même, ce pourcentage sans émission intègre les phases ou elle a roulé sur sa lancée, ce qui compte beaucoup en écoconduite. On a donc été autant convaincu de son efficacité que pour l’essai de la Golf GTE (Mag2 Lyon N° 62). Reste à savoir s’il faut choisir la Volkswagen ou l’Audi. C’est d’abord une question de goût. Avec un pare-brise plus étroit et une ceinture très haute, l’A3 affiche un design dynamique et un intérieur cossu. En revanche, plus courte de 10 cm et moins haute de 3 cm, elle offre un peu moins d’espace intérieur que la Golf. C’est encore plus net pour le coffre : 280 l pour l’Audi contre 380 l pour sa “cousine”. En tout cas, l’agrément offert par cette Audi A3 e-tron s’avère réel. Et c’est forcément à regret qu’on rend la clé…

(*) selon la configuration du lieu, installation de 399 à 610 euros ou sur devis par Proxiserve, partenaire d’Audi

AUDI A3 E-TRON Prix: 38 900 € (bonus - 4 000 euros) • Puissance combinée : 204 ch • Moteur électrique : 102 ch ; essence : 1 395 cm3 • Batteries Lithium-Ion • Conso : Moyenne : 1,5 l-1,7/100 km • Conso électrique : 11,4-12,4 kWh/100 km (selon le type de jantes : 16’, 17’ ou 18’) • Vitesse maxi : 222 km/h • 0 à 100 km/h : 7,6 sec • Dimensions : L4,23 x l1,78 x h1,42 m • Poids : 1 540 kg • Coffre : 280/1 120 l • Pollution C02 : 35-39 g/km

Où recharger ma voiture ?

C’est la première question que se pose l’acheteur potentiel d’une électrique. La réponse passe par un réseau de bornes assez dense pour répondre à cette inquiétude. La CNR qui produit de l’électricité à partir de sources renouvelables, barrages hydrauliques mais aussi centrales photovoltaïques et éoliennes, a décidé de “mailler” la vallée du Rhône avec des infrastructures de recharge rapide distantes de moins de 30 km. Soit 52 d’ici 2016, du Léman à la Méditerranée. Toutes naturellement alimentées en électricité 100% d’origine renouvelable produite sur le Rhône. De quoi recharger une voiture électrique en 30 minutes. C’est ce projet qui vient d’être reconnu d’utilité nationale par le ministère de l’Écologie et le ministère de l’Économie. La validation de l’initiative pionnière d’une entreprise qui croit vraiment à l’écomobilité.

Article initialement publié dans le Cahier spécial Alternativ'City de Mag2Lyon n°66, mars 2015