La-e-Golf-de-Volkswagen-©DR.jpg

Essai de la Volkswagen e-Golf, tout un symbole

L’offre en voitures plus respectueuses de l’environnement s’étoffe. Mag2 Lyon a testé ce mois-ci la Golf 100 % électrique. Par Lionel Favrot

Après la petite e-Up, le constructeur allemand propose son modèle emblématique en 100 % électrique. La Golf a déjà été dans son histoire une pionnière en matière de diesel, de turbo-diesel, de GTI… Qu’elle soit disponible à son tour en mode zéro émission de CO2 signale que l’électrique devient une catégorie à part entière où aucun constructeur d’envergure ne peut être absent. Au volant, les habitués de l’électrique ne seront pas déroutés. Ceux qui essayent une électrique pour la première fois découvriront qu’un tel véhicule est plus facile à conduire qu’un modèle essence ou diesel. Il suffit de décider si on va en marche avant ou en marche arrière avec les classiques modes D et R des automatiques, et le P pour parking.

La bonne surprise dès les premiers tours de roues, c’est le silence total de fonctionnement. La seconde, c’est que l’entretien sera réduit au minimum. Ni filtre à changer ni vidange à faire dans un moteur électrique. On était persuadé par avance qu’on apprécierait cette Golf écolo dans les rues de Lyon. Du coup, on a décidé de l’essayer dans un trajet périurbain plus sportif, la montée du col de la Luère par Grézieu-la-Varenne. En effet, les électriques ne sont pas réservées à la ville contrairement aux idées reçues. Leur autonomie de 150 à 200 km selon les modèles et la conduite adoptée, leur permet aujourd’hui d’assurer sans problème des trajets quotidiens dans la région lyonnaise. D’autant qu’il est plus facile de charger sa voiture électrique quand on a son garage ou son jardin personnel que dans un immeuble, même si c’est un droit depuis le Grenelle de l’Environnement. La traversée de Craponne se fait au ralenti en cette fin de vendredi après-midi où se déroule l’essai. L’occasion de détailler l’intérieur de la Golf. Pas très fun mais sobre et solide. L’espace disponible est celui d’une 5 places normale. Le coffre est préservé malgré les batteries embarquées.

Accélérations immédiates

Quand on passe la zone limitée à 70 km/h, un gros 4x4 Izuzu nous colle. Mais on ne le reverra plus pendant la montée où on rattrape sans difficulté un Koleos. C’est l’atout trop souvent méconnu des électriques : des accélérations immédiates. Aucun temps ni énergie perdue dans les changements de vitesse. Volkswagen précise que le couple de 270 NM disponible sur sa e-Golf est d’ailleurs supérieur à celui d’une Golf TSI de 150ch pourtant dynamique. Avec ses 115ch, la Golf passe de 0 à 60 km/h en 4,2 secondes et de 0 à 100 km/h en 10,2 secondes. Évidemment, arrivé en haut, la charge de la batterie a beaucoup diminué, passant de 127 km d’autonomie potentielle à 84 km. Objectif : retrouver en bas l’autonomie qu’on avait avant d’attaquer cette montée. Et on va y arriver. Comment ? En utilisant le frein moteur, la fonction “B”, qui accélère la recharge en descente. L’autre astuce, c’est de passer d’un mode à l’autre. En “normal”, on dispose de toute la puissance. Si on veut moins consommer, on passe en “Eco” qui réduit à la puissance à 90ch ou en Eco + pour les secteurs où 75ch et une vitesse maxi de 90 km/h au lieu de 140 km/h suffisent. Le côté “magique” d’une électrique c’est qu’on peut donc rouler plusieurs kilomètres avant de les effacer par une descente, et retrouver ainsi l’autonomie initiale. D’où les variations annoncées par Volkswagen : entre 130 et 190 km d’autonomie. Compte tenu de toutes les informations disponibles, le conducteur peut piloter son autonomie selon le relief et ses besoins. Pour la recharge, les différents câbles sont disponibles de série. En la branchant sur une prise, il faudra 13h pour une charge complète. Pratique pour récupérer ponctuellement un peu d’énergie. Un peu long au quotidien. Du coup, la Wallbox à installer chez soi ou au bureau pour réduire la charge à 8h, n’est pas un gadget. Enfin, on peut aussi recharger la e-Golf sur une borne à courant continu comme celles qui constitueront aussi un jour les fameux corridors électriques permettant d’augmenter le rayon d’action des électriques. Il y en aura aussi dans certaines villes ou station-service. En 30 minutes, la e-Golf peut alors récupérer 80 % de sa charge.

À noter également : on peut réduire sa consommation d’énergie en programmant la mise en route de la climatisation avant son départ, pendant qu’elle est encore branchée, pour éviter de réduire son autonomie. Mais aussi programmer sa recharge au moment souhaité. Et cela avec un simple smartphone. Cette e-Golf est bien équipée : pare-brise chauffant, système de navigation, détection des obstacles pendant le stationnement, park assist pour la laisser seule faire son créneau (890 euros en option)… Également disponible : régulateur de vitesse adaptatif, systèmes de reconnaissance des panneaux de signalisation ou de maintien sur la voie… Avantage : un conducteur habitué à une routière bien équipée ne sera pas déstabilisé s’il décide de penser à la planète en roulant électrique au quotidien. Le prix est sans surprise plus élevé que les modèles plus petits déjà sur le marché. Que préciser d’autre ? Encore une fois, qu’en plus d’être une électrique, c’est une Golf. Ce qui est un argument de poids pour les fidèles de la marque. Sa célèbre silhouette est soulignée d’un spoiler arrière sur le pavillon et de liserés bleus à l’intérieur comme à l’extérieur. Le signe de reconnaissance des hybrides et des électriques.

Cette e-Golf a été prêtée par Central Autos 15, avenue du Chater à Francheville

VOLKSWAGEN E-GOLF | Prix: 30 490 euros (bonus 6 300 euros déduit) | Puissance réelle: 115 ch fi scale 3 CV | Batterie: Lithium-Ion | Moteur électrique synchrone à aimants permanents 54 kW | Consommation électrique: 12,7 kW/100 km | Vitesse maxi: 140 km/h | Dimensions: 4,27mxl1,80xh1,45 | Coffre: 341/1 231 l | Poids: 1 510 kg | Pollution C02: 0 g/km| Autonomie: 190 km

Article initialement publié dans le Mag2Lyon n°61, octobre 2014