Kia-Soul-Autonomie-electrique.jpg

 

Autonomie : Les nouvelles ambitions des électriques

 

Les voitures électriques revendiquent désormais plus de 200 km d’autonomie. En vue de la 4e édition de son salon Alternativ’Auto qui se déroulera du 3 au 5 juin 2016 à la Cité Internationale, Mag2 Lyon poursuit sa série d’essais avec le pilote lyonnais Grégory Gioannini qui se prête au jeu de l’écoconduite. À voir aussi en vidéo sur www.alternativauto.com

 

PRÉSENTATION

“La Nissan Leaf est encore peu connue en France mais cette Japonaise est pourtant le modèle électrique le plus vendu au monde. Elle est désormais disponible dans une nouvelle version équipée d’une batterie 30 kW, plus chère que la version 24 kW, pour proposer une autonomie supérieure. Est-ce que la différence de prix se justifie pour une voiture électrique par nature réservée à des petits trajets quotidiens ? En tout cas, on peut envisager des trajets plus longs, par exemple de descendre en Ardèche pour un weekend avant de recharger pour le retour. Je n’ai pas pu vérifier les 250 km d’autonomie annoncés par le constructeur mais au vu de l’essai, cette Nissan affiche bien une autonomie supérieure au 24 kW. Pour le reste, j’ai retrouvé la Leaf telle que je l’avais essayée l’an dernier.

 

DESIGN, ÉQUIPEMENTS, CONFORT…

J’ai vraiment une préférence pour le design de la Kia. Ses lignes très carrées à l’avant me font penser à un gros SUV américain. L’arrière vertical est un peu particulier mais il a l’avantage d’offrir un bel espace de vie à l’intérieur. Elle n’est pas très longue mais elle permet de transporter une famille de cinq sans problème. Seule la taille du coffre paraît plus juste. J’ai aussi été convaincu par la fi nition intérieure. On retrouve cette sensation de ne pas rouler dans une voiture électrique à ce niveau. Du tableau de bord aux Les voitures électriques revendiquent désormais plus de 200 km d’autonomie. En vue de la 4e édition de son salon Alternativ’Auto qui se déroulera du 3 au 5 juin 2016 à la Cité Internationale, Mag2 Lyon poursuit sa série d’essais avec le pilote lyonnais Grégory Gioannini qui se prête au jeu de l’écoconduite. À voir aussi en vidéo sur www.alternativauto.com contre-portes, tout est bien fi ni avec un volant multi-fonctions, des sièges chauffants… Il y a plein de petits détails esthétiques intéressants comme les haut-parleurs dépassant légèrement du tableau de bord. La différence avec certains modèles électriques que j’avais essayés l’an dernier est marquante. Certains présentaient des matériaux cheap comme s’il avait été nécessaire de gagner du poids pour augmenter leur autonomie.

Pour la Nissan Leaf, je dirais simplement que son design ne correspond pas à mes goûts personnels, notamment ses énormes phares avant. Je suppose que la recherche d’un meilleur aérodynamisme pour optimiser la consommation, et donc l’autonomie, explique aussi son style. D’autres la considèrent futuriste et certains l’apprécient comme on l’a vu pendant cet essai où des automobilistes se sont arrêtés pour nous dire qu’ils la trouvaient belle. En revanche, l’intérieur fera l’unanimité. On est vraiment bien assis. Les sièges avant sont larges, l’arrière est spacieux… Cette Nissan dispose aussi d’un beau coffre pour sa catégorie. Il faut dire qu’elle est plus longue que les autres avec 4m40. Cette ambiance intérieure soignée dans la Leaf comme dans la Kia me semble importante pour un modèle électrique car, vu leurs tarifs, on apprécie une fi nition de qualité et un équipement riche. À noter que ces deux modèles permettent de retrouver facilement une station de recharge grâce à leur ordinateur de bord.

 

SUR LA ROUTE

J’ai été tellement à l’aise au volant de la Kia Soul EV que j’ai n’a pas spécialement adopté une écoconduite. Est-ce une qualité ou un défaut de faire oublier au conducteur qu’on roule électrique ? Pour moi, l’avantage c’est qu’on peut choisir une conduite active si on est un peu pressé. D’ailleurs, j’ai pu constater une nouvelle fois que, même si on est pilote, on se prête au jeu d’optimiser la consommation. Sur le trajet où j’ai surveillé la consommation, on était à 30 km d’autonomie pour 37 km parcourus dont la grande montée de Sermonaz vers Rillieux. Ce qui veut dire qu’elle a bien récupéré ce qu’elle avait surconsommé à cette occasion. La garde au sol de la Kia un peu élevée permet d’être à l’aise sur certains chemins. Elle prend simplement un petit peu plus de roulis dans les virages qu’une voiture au centre de gravité plus bas. La Nissan Leaf s’est aussi révélée convaincante sur la route. On ne sent pas le poids supérieur des batteries, que ce soit à l’accélération où pour le comportement routier. Si on enlève la touche éco, on bénéfi cie de plus de punch. Et elle est très confortable. Compte tenu de ses qualités dynamiques, je ne suis pas surpris qu’elle ait déjà eu un beau succès à l’international. Je suis étonné de son manque de notoriété en France. Pour ma part, c’est par les essais de Mag2 Lyon que je l’ai découverte.

 

Kia Soul EV

À partir de 28 990 €, moteur synchrone à aimant permanent, batterie lithium-ion polymère 27 kW, Puissance fi scale 1 CV Puissance réelle 81,4 kW/109ch ; Poids 1 490 kg, Vitesse maxi : 141 km/h ; 0 - 100 km/h : 12 secondes ; Autonomie : 212 km ; Émissions C02 0 g/km ; L,14xl1,80xh1,59m

 

Nissan Leaf 30 kW

À partir de 35 255 €, moteur synchrone à courant alternatif, batterie lithium-ion laminées 30 kW, Puissance fi scale 3 CV

Puissance réelle 80 kW/109 ch ; Couple maxi 254 kW, chargeur normal 6,6 kW charge, rapide 50 kW, Vitesse maxi : 144 km/h ;

0 - 100 km/h : 11,5 s ; Autonomie : 250 km ; Émission C02 0 g/km ; Dimensions : L,45xl1,96xh1,77m Poids 1 545 kg (Bonus à

déduire : 6 300 € achat électrique + 3 700 euros si diesel de 10 ans minimum à reprendre)

 

 

CONCLUSION La Kia Soul EV est mon coup de coeur de cette année pour les électriques comme la Renault Zoé l’avait été l’an dernier. Cette Kia est injustement méconnue. Je suis certain qu’elle apportera une grande satisfaction à ses utilisateurs. Son avantage est de faire oublier qu’elle est électrique tout en permettant de rouler moins cher et moins polluant. La Nissan Leaf est un cas particulier car ce constructeur a eu un temps beaucoup d’avance sur les autres mais elle ne s’est pas assez vendue en France pour qu’on s’habitue à son look. Si je prends l’exemple de la Toyota Prius Hybride, personne ne se demande plus aujourd’hui si elle est belle. On s’est habitué à son look atypique à force d’en voir dans la rue. Au fond, c’est le point commun de ces deux modèles électriques : ils mériteraient l’un et l’autre une promotion bien supérieure.